Chauffage par induction

Sommaire

Le chauffage par induction électromagnétique fonctionne et même très bien. Dans l'industrie et notamment dans celle des brasages délicats et des soudures sensibles, la chauffe par induction est très répandue.

Il est apparu sur le marché un radiateur à induction électromagnétique mais qui reste encore un radiateur électrique amélioré. Il existe aussi des matériels qui se prévalent pompeusement de fonctionner à induction mais thermique.

Onéreux en électricité et en matériaux diverses, le chauffage par induction ne répond pas aux normes d'économie d'énergie en vigueur.

Le principe du chauffage par induction

Génération d'un champ électromagnétique

Dans une chauffe par induction, la génération d'un champ électromagnétique crée un dégagement de chaleur. D'ailleurs, des plaques de cuisson fonctionnant par induction sont utilisées quotidiennement par de nombreux foyers. L'induction (électromagnétique) est donc sans conteste un principe de création de chaleur applicable dans nos logements.

Le chauffage par induction est une méthode de chauffe sans contact des métaux (acier, cuivre, aluminium, laiton) et de semi-conducteurs (carbone, graphite, carbure de silicium). Si l'objet à chauffer n'a pas besoin de conduire le courant électrique, il doit être perméable à un champ magnétique extérieur (courant de Foucault). Lorsque l'on place cet objet au cœur d'un champ magnétique intense, les molécules de cet objet s'excitent, se heurtent les unes aux autres (hystérésis) ce qui produit de la chaleur que cet objet diffuse ensuite.

Bon à savoir : dans la pratique, pour un utilisateur lambda, le chauffage par induction ressemble beaucoup aux ondes qui excitent les molécules d'eau d'un plat que l'on a placé dans un four à micro-ondes. La chaleur est émise par le plat ou l'objet sans que celui-ci n'ait à être placé dans une atmosphère chaude et sans aucun contact avec une paroi chauffante.

Un courant électrique envoyé dans un inducteur

Le chauffage par induction requiert un courant électrique qui sera élevé en fréquence par un générateur avant d'être envoyé dans un inducteur. L'inducteur est généralement un bobinage de cuivre dont la longueur et le diamètre sont proportionnels à la pièce à chauffer.

Si les applications industrielles sont nombreuses, au regard des dépenses en courant électrique, en appareillage (générateur) et en cuivre pour l'inducteur, on conçoit immédiatement que le principe du chauffage par induction électromagnétique est difficilement applicable au chauffage domestique.

Bon à savoir : certains fabricants de radiateurs à inertie sèche parlent parfois d'induction pour décrire le fonctionnement de leurs appareils. Il s'agit d'un sous-entendu pour une prétendue « induction thermique » qui ressemble davantage à la propagation naturelle de la chaleur au sein d'un matériau.

Avantages et inconvénients du chauffage par induction

Il y a peu de temps est apparu sur le marché un seul radiateur appliquant le principe de l'induction électromagnétique, mais c'est en fait un radiateur électrique relativement classique qui a pour particularité de dégager un champ magnétique suffisant pour recharger une batterie (smartphone, tablette) par induction.

Beau et élégant, cet appareil n'est quand même qu'un radiateur électrique dont la particularité est de recharger les appareils mobiles placés sur sa surface grâce à des « calopiles », ce qui est désormais la tâche de nombreux chargeurs sans fil vendus à partir de 10 €.

Le jour où un radiateur assurant réellement le chauffage par induction électromagnétique sera disponible sur le marché, il faudra s'assurer de ses qualités mais aussi des défauts inhérents à ce type de chauffe :

  • avantages : aspect toujours propre sans circulation d'air hormis la convection naturelle ;
  • inconvénients : coût de fabrication exorbitant (taux et quantité de cuivre) pour un rendement inconnu et un dosage difficile à maîtriser. Taux de pollution électromagnétique à prendre en compte.

Faut-il acheter un chauffage à induction ?

Induction, chaleur sèche ou radiateur électrique tout court, la question de la survie du chauffage électrique semble être réglée à court terme. Le rapport entre énergie produite et énergie primaire consommée (2,58 kWh d'énergie primaire consommée pour 1 kWh d'énergie électrique produite) est défavorable à l'électrique dans le mode de qualification du Bâtiment Basse Consommation (BBC).

L'obligation de rénovation énergétique qui court de janvier 2017 et jusqu'en 2025 (loi transition énergétique) ajoutée aux normes de maison passive attendues dans la prochaine réglementation thermique (RT 2020) risquent d'avoir définitivement raison du choix de l'énergie électrique comme mode principal de chauffage domestique.

Ces pros peuvent vous aider